bandeau3-pad-1_11.jpg

 

 

Accueil A adopter     Contact     Le doby    Boutique   F.A.Q   Coin presse Liens    FORUM

La Démodécie

DEMODECIE CANINE 

         Avant traitement :                                                    Le même chien 4 mois après :

dscf0011-8-zps7a2c98aa-2.jpgsans-titre.jpg

La démodécie canine est une ectoparasitose fréquente, voire banale, chez le jeune chien de moins de un an.
 
Elle se caractérise, soit par une forme localisée, associant un érythème cutané et une alopécie diffuse ou nummulaire localisés à la tête et aux membres antérieurs, soit par une forme généralisée, le plus souvent accompagnée d'une complication de pyodermite (pyodémodécie).

Les chiens de toutes races sont sujets à la démodécie, cependant certaines races semblent prédisposées.

Le pronostic de la forme généralisée reste sombre, et le traitement difficile, tandis que la forme localisée évolue spontanément vers la guérison dans environ 80 % des cas.

Le diagnostic nécessite la mise en oeuvre d'examens complémentaires, notamment l'observation des parasites après un raclage cutané.

La prophylaxie est quasi inexistante, cette parasitose étant d'étiologie multifactorielle, et basée sur l'existence d'une prédisposition héréditaire associée à des facteurs déclenchants.

La démodécie canine est due à la présence et à la prolifération dans les follicules pileux, accessoirement dans les glandes sébacées, d'un acarien appelée Demodex canis. La démodécie est aussi appelée démodicose, démodexose, acné parasitaire, ce terme faisant référence à l'observation de pustules blanches sur la face des jeunes chiens. Elle est parfois qualifiée de gale démodécique ou de gale rouge. Ces termes sont inexacts puisque les Demodex ne sont pas des agents de gale, et la démodécie n'est ni contagieuse ni prurigineuse.

Demodex canis est spécifique du chien et ne peut parasiter d'autres mammifères, tels que le chat, ou l'homme. Elle n'a donc pas de conséquences zoonosiques.

La démodécie est une grave dermatose du jeune chien, car elle se généralise et se complique d'une infection bactérienne dans environ 20 % des cas. Le traitement en est alors long, généralement de plusieurs mois, et les rechutes fréquentes. L'importance est également économique car le traitement est coûteux. Certains reproducteurs transmettent une prédisposition génétique et vont par conséquent engendrer des lignées de chiots démodéciques. Il est parfois conseillé de les retirer de la reproduction.

La démodécie est une acariose rare avant 3 mois et après 3 ans, généralement observée avant 1 an. Elle est diagnostiquée sur des chiens adultes, mais des facteurs prédisposants et des maladies associées doivent alors être recherchées (cushing, hypothyroïdie…).



L'agent pathogène
Biologie
Epidémiologie
Symptômes
Diagnostic
Traitement
Prophylaxie


L'agent pathogène

Demodex canis est un acarien au corps vermiforme, aux pattes atrophiées et regroupées en portion antérieure. Ces arthropodes mesurent 250 x 40 µm pour les femelles, 150 µm de long pour les mâles. Les immatures, larves et nymphes, ont le même aspect général, mais un abdomen plus court. Ils sont facilement visibles sur des produits de raclages cutanés.
Biologie

D. canis vit dans les follicules pileux, accessoirement les glandes sébacées. Il se trouve habituellement dans le tiers supérieur du follicule, qu'il envahit complètement lors de sa prolifération. Il se nourrit de sébum, ce qui explique que la séborrhée soit très favorable à son développement. Les animaux atteints se lèchent fréquemment, des acariens peuvent ainsi être observés lors d'examens coproscopiques. Retenons qu'ils ne survivent que dans les follicules pileux.

Les femelles localisées le long des poils, dans les follicules, pondent des œufs fusiformes (80 x 30 µm). Ces derniers éclosent en 2,5 jours et libèrent une larve hexapode vermiforme. Ces dernières se métamorphosent en protonymphes hexapodes en 1 à 2 jours, qui elles-mêmes deviennent en 3 jours des deutonymphes octopodes, morphologiquement proches des adultes, exceptées par la longueur de l'abdomen. Les deutonymphes sortent du follicule avec le sébum et constituent le stade de dissémination à d'autres follicules pileux. Elles deviennent adultes en 24 à 36 heures.

L'accouplement est rapide, les mâles meurent, tandis que les femelles fécondées descendent dans un follicule. La durée totale du cycle est de 8 à 14 jours. Les femelles vivent 4 à 6 jours dans les follicules. Les deutonymphes persistent 24 à 48 heures sur la peau. La démodécie canine n'est pas contractée par l'intermédiaire du milieu, dans lequel les acariens ne survivent pas plus de quelques heures.
Epidémiologie

Source de parasites

Environ 50 % des chiens adultes sont porteurs sains. Les Demodex sont parfois considérés comme des commensaux des follicules pileux, pouvant devenir pathogènes. Le milieu ambiant n'est pas une source de parasites. La transmission ne peut être que directe. Elle ne se fait pas à tout âge, mais durant les premières heures de la vie.

Mode de transmission

Elle se réalise par le contact du museau de la mère ou de la peau des mamelles avec les petits, lors du toilettage ou de l'allaitement. Il n'y a pas de contamination intra utérine.


Conditions d'apparition de la maladie

La plupart des chiens en bonne santé hébergent des Demodex. Ces derniers sont retrouvés au niveau des lèvres supérieures et inférieures, des paupières, et des joues. Cependant, seuls les chiots entre 0 et 1 an (rarement après trois ans) et quelques chiens âgés vont présenter une démodécie clinique, pourquoi ?
Des facteurs de réceptivité, facteurs héréditaires et extrinsèques interviennent :
Facteur racial : certaines races sont plus atteintes, et dans 80 % des cas, la démodécie s'observe sur des chiens de race. Il s'agit le plus souvent d'animaux caractérisés par un pelage court, des glandes sébacées de grande taille, et/ou une tendance séborrhéique. La séborrhée peut être d'origine raciale, mais peut aussi avoir une origine nutritionnelle (alimentation hyperlipique) ou endocrinienne (hypothyroïdie, syndrome de Cushing).
Facteur héréditaire : des reproducteurs engendrent des lignées de chiots démodéciques : portées au sein desquelles une majorité des chiots auront une démodécie. Cette prédisposition héréditaire est sous-tendue par des facteurs immunitaires. Il s'agit d'une immunodéficience de la fonction cellulaire.
Age : la démodécie s'observe essentiellement entre 3 mois et 3 ans. C'est typiquement une maladie du jeune chien. Dans le cas des chiens adultes, des facteurs prédisposant sont toujours retrouvés : immunodépression (corticothérapie), Cushing, hypothyroïdie, chimiothérapie anticancéreuse, maladie auto-immune (lupus), mais aussi variations physiologiques telles que l'œstrus, la gestation, ou la lactation.

Etat immunitaire : l'apparition de la démodécie est liée à une déficience immunitaire, en particulier de la réponse cellulaire. Des administrations de sérums antilymphocytaires, de substances immunosuppressives, ou de corticoïdes, ont permis de déclencher des démodécies sur des chiens sains. L'exploration de l'immunité des chiens démodéciques montre une diminution fonctionnelle des lymphocytes T, et à l'inverse une prolifération des lymphocytes B avec une production importante d'anticorps. L'immunosuppression est amplifiée lors d'une surinfection bactérienne.
Facteurs favorisants : hygiène de la peau : l'humidité favorise la multiplication des Demodex (humidité des chenils, ou à l'opposé bains trop fréquents, irritants).
Maladies intercurrentes : conjonctivite avec écoulement lacrymal (chiots ayant une mauvaise implantation ciliaire), ptyalisme, toxocarose (effet immunodépresseur), gale sarcoptique.
Carences alimentaires : quantitatives (malnutrition à l'origine d'une immunodépression ou, au contraire, excès lipidique et protidique à l'origine d'une séborrhée grasse), ou qualitatives (carences en vitamines B, A ou E, en Acides Aminés Soufrés, intervenant dans la défense cutanée).


Symptômes

Démodécie localisée

Elle est de pronostic favorable, surtout lorsqu'elle apparaît sur des chiots déjà âgés (proches de 1 an). Elle n'est pas généralisée tant que le nombre de lésions est inférieur à 4 ou 5, qu'elles ne sont pas étendues à une région entière de l'animal, ou qu'il n'y a pas de surinfection bactérienne, d'où son qualificatif de démodécie sèche. Elle représente 90 % des cas de démodécie.

L'évolution chronique se traduit par une hyperkératose (peau épaissie, plissée), de la mélanose (coloration grisâtre), de la séborrhée (très forte odeur). Le chien a un aspect repoussant.Une profonde altération de l'état général du chien est visible : adénomégalie, amaigrissement, anorexie, apathie, insuffisance rénale (résorption des toxines bactériennes). Les lésions intéressent souvent le pourtour des yeux (donnant un aspect très caractéristique de lunettes ou monocle démodéciques), la commissure des lèvres, le chanfrein, le cou, puis le poitrail et les membres antérieurs. Un érythème apparaît, la peau est congestionnée. La congestion a valu le nom de "gale rouge". Des dépilations nummulaires, d'environ 5 cm de diamètre, plus rarement diffuses, accompagnées de séborrhée grasse, malodorante et de parakératose (squamosis) apparaissent et s'étendent.

Les follicules pileux sont obturés, et hypertrophiés par une hyperproduction de sébum, d'où la formation de comédons et la sensation d'une peau granuleuse au toucher (lésion de kératose folliculaire). La démodécie sèche n'est jamais prurigineuse. La démodécie localisée évolue spontanément vers la guérison en 1 à 2 mois dans 90 % des cas, et vers la démodécie généralisée dans environ 10 % des cas.

Démodécie généralisée

La démodécie généralisée est définie soit par le nombre de lésions dépilées : supérieur à 5, soit par une extension des lésions à l'ensemble d'une région du corps, à tout le corps ou à au moins deux extrémités podales, soit enfin par l'apparition d'une complication bactérienne (pyodémodécie). Cette forme s'observe dans plus de 80 % des cas chez des chiens de pure race.

Elle évolue vers la guérison spontanée dans moins de 30 % des cas. Son traitement est difficile et long, durant de 2 à 3 mois au minimum. La pyodermite superficielle qui apparaît, est caractérisée par la présence de nombreuses pustules blanchâtres saillantes. Elles correspondent à des follicules pileux infectés et hypertrophiés, contenant un mélange de sébum et de pus, blanc, très riche en Demodex canis. Les germes responsables sont le plus souvent des Staphylococcus intermedius (staphylodémodécie).

La pyodermite profonde (furonculose bactérienne puis cellulite bactérienne, qui peut apparaître, se caractérise par une extension de l'infection des follicules au derme après rupture de leur paroi. Des furoncles de couleur aubergine, en dépression, et contenant un pus sagnieux et mesurant 5 mm de diamètre sont visibles. Ce pus est pauvre en Demodex. La pyodémodécie est parfois prurigineuse. L'évolution chronique se traduit par une hyperkératose (peau épaissie, plissée), de la mélanose (coloration grisâtre), de la séborrhée (très forte odeur). Le chien a un aspect repoussant. Une profonde altération de l'état général du chien est visible : adénomégalie, amaigrissement, anorexie, apathie, insuffisance rénale (résorption des toxines bactériennes).
Diagnostic

Il repose sur l'observation d'une dermatose dépilante non prurigineuse avec érythème, squamosis, et localisation caractéristique, sur un jeune chien.

La démodécie sèche

C'est une dermatose non prurigineuse à différencier des dermatoses autoimmunes de type pemphigus, d'une alopécie d'origine endocrinienne, d'une affection oculaire ou conjonctivale entraînant une dépilation périoculaire, mais surtout d'une teigne microsporique. Ces deux maladies affectent surtout les jeunes chiens, et peuvent coexister.

La démodécie suppurée

Elle est à différencier de l'impétigo du jeune chien (" croûtes de lait "), des pyodermites superficielles, des furonculoses et des teignes suppurées (trichophytiques).

La démodécie chronique

Aavec une profonde altération de l'état général, elle peut cliniquement ressembler à une leishmaniose. Le diagnostic nécessite une confirmation par raclage cutané ou pressage de pustules, puis observation du prélèvement entre lame et lamelle, dans le lactophénol d'Amann, à l'objectif 10. Les parasites s'éclaircissant rapidement, il est important de bien diaphragmer et de les rechercher immédiatement. Le raclage peut également être placé dans de l'huile minérale. Les Demodex observés doivent être nombreux, des œufs et des formes immatures doivent être mises en évidence pour distinguer un portage sain d'une démodécie clinique. Ils sont parfois mis en évidence par biopsie et examen histologique. Ce dernier ne présente pas d'intérêt diagnostic, excepté chez certains chiens comme les shar-pei.
Traitement

Démodécie localisée

La nécessité d'un traitement immédiat doit être discutée du fait du fort taux de guérisons spontanées. Un traitement est conseillé si l'animal ne peut être suivi. Dans le cas où une surveillance est possible, il doit être mis en œuvre lorsqu'une lésion supplémentaire apparaît, prouvant une extension.

Démodécie généralisée

Un traitement s'impose, il associe un traitement antibactérien et acaricide. La guérison est obtenue dans 50 à 90 % des cas. L'amitraze est l'acaricide le plus actif sur les Demodex. Il est dilué dans de l'eau à la concentration de 0,5 pour mille, puis est appliqué sur le chien en dépassant largement les zones lésées à raison d'une application tous les deux jours la première semaine, puis une fois par semaine pendant 1 à 2 mois. Une amélioration clinique est habituellement notée 3 semaines après le début du traitement. Une tonte est parfois nécessaire sur les chiens à poils longs. Un suivi de l'évolution, par raclage cutané, doit être effectué chaque semaine. Le traitement est poursuivi 2 semaines après la négativation des raclages.

Un traitement adjuvant antiséborrhéique à base de shampoing est indiqué. De la vitamine E et des Acides Gras Essentiels peuvent être donnés. Lors de pododémodécie, le traitement nécessite des bains des extrémités dans la solution acaricide, et la rémission des symptômes est plus longue.

Dans le cas des animaux qui rechutent à la fin de chaque traitement acaricide, ou qui ne présentent pas d'évolution clinique malgré la thérapeutique, l'emploi des endectocides peut être envisagé. L'ivermectine est employée pour le traitement des démodécies rebelles, en dehors de l'A.M.M., chez les races non sensibles à cette molécule. Une posologie de 600 µg/kg/jour par voie orale pendant au moins 10 semaines est utilisée.

Prophylaxie

La prophylaxie de la démodécie est très limitée. Elle consiste à éviter toute immunodépression passagère chez les chiots : ne pas utiliser de corticoïdes avant 1 an, bien vermifuger, ne pas trop baigner les animaux, lutter contre les pulicoses...

Du fait du caractère héréditaire, les chiens, mâles ou femelles, qui ont présenté dans leur jeune âge une démodécie généralisée, ne devraient pas devenir des reproducteurs. Les reproducteurs qui engendrent des portées au sein desquelles plusieurs chiots présentent une démodécie doivent être retirés de la reproduction.

Toutes les photos figurant sur le site de la PAD sont notre propriété ou nous ont été confiées.
Merci de ne pas les copier pour votre usage personnel ou pour une utilisation sur d'autres sites.